Initiatives numériques

Genèse des initiatives : gravir la montagne numérique

La multiplication des non-recours aux droits a été rapidement constatée par les intervenants du champ social, quand la dématérialisation des démarches a été rendue obligatoire. Nous avons alerté le Conseil Départemental de l’accès aux droits de la Gironde. Le Président du Tribunal de Grande Instance qui le dirige, a nommé un groupe de travail sur ce thème, et nous avons pu être en charge de l’état des lieux de cette évolution. Gênante pour beaucoup d’entre nous, elle est dramatique pour ceux qui lisent et écrivent mal le français. Ce frein nouveau est devenu une barrière infranchissable sans aide, pour ceux qui étaient déjà exclus pour des raisons sociales, de handicap ou d’âge.

Un rapport a vu le jour, publié en décembre 2017 : ici

Nous avons changé nos pratiques d’écrivain public et sommes devenus écrivains publics numériques : un article de Sud-Ouest

H@ndi-Num : accroitre l’autonomie sociale des personnes en situation de handicap

Nous avons ouvert cette année un atelier h@ndi-Num pour permettre aux personnes en situation de handicap de comprendre la gestion de leurs droits et accéder aux plateformes numériques. Financée par le Conseil Départemental, elle doit permettre aux usagers de sortir de l’urgence pour laquelle nous les rencontrons, adressés par les partenaires. Lors d’un 2nd RDV, nous leur proposons d’activer leurs espaces personnels depuis un PC et de les retrouver sur leurs applications Smartphone. Nous pensons pouvoir intéresser. L’expérimentation permettra d’évaluer la pertinence de l’atelier et l’intérêt qu’il suscite auprès des usagers. Il en sera rendu compte en fin d’année, après 10 mois de mise en place.

Num-@-Vous : passer du micro empirisme aux solutions partagées

Dans la continuité de la solidarité numérique, nous portons le projet de mise en réseau des médiateurs numériques afin de développer et partager de bonnes pratiques numériques. Chaque médiateur n’a eu d’autre choix que de « se débrouiller » face aux contraintes de la dématérialisation. L’absence d’aide en ligne, la perte d’un correspondant humain, les versions changeantes des plateformes, les multiples termes pour une même action (ok, envoyer, continuer, valider, poursuivre…) a conduit à une rupture profonde des utilisateurs du numérique. Un découragement comparable a été observé chez les acteurs du champ social, le plus souvent peu formés.

Le premier atelier d’échanges s’est tenu à l’association au mois de juin, réunissant des acteurs de différents lieux de la Métropole : Ambarès, Basses, Bordeaux et Pessac. Foisonnement d’expériences, mise en partage des réflexions, débat autour de solutions, cet atelier est un vrai succès. Nous tiendrons informés ceux qui ne peuvent y participer mais souhaitent en bénéficier.

 

Par rescrit fiscal daté de mai 2014, la direction générale des finances publiques a reconnu l’atelier GRAPHITE structure d’intérêt général à vocation sociale

Mis à jour le 26.07.2018